Creative. Interactive. Multimedia. Director.

Biography

Photographe

yako’s photographic research revolves around the movement as perceived during repeated trips and experiences. Somewhere between wakefulness and meditation, he is guided through spaces and places captured as if they were solely made of rays of light.

His photographs are about a passing experience in which the city is not so much an object of observation but rather a collection of moments with which yako plays and flirts, on his own.

The use of « in-cam-bnw-hi-contrast-hi-iso-low-speed » shooting setting allows yako to capture images that evoke traces of remembrance more than they deal with the present.

He’s first book Yako | In Concert presents the first two parisian series taken at the Black Minou and Quality Motel Concerts (Bus Palladium, April 2017 and Planète Mars, May 2017) in addition to the magnificent 270º audio reactive set of Push 1 stop (Satosphère de Montréal – April 2017).

Productions persos

 on Instagram 

 on Vimeo

 in book

Cette agilité fine et subtile à se faufiler dans le bon angle est caractéristique des meilleurs photographes.
C’était un plaisir de te voir aller autour de nous.

François-Simon Déziel “France Book”, Misteur Valaire

À l’envers du 8k, des images presque sorties d’un songe. À l’envers de l’utopie de Borges. Ce n’est pas la reproduction de la réalité. C’est l’image de ce qui est resté collé au cerveau. Une empreinte granuleuse, comme une persistance rétinienne que l’on peut regarder.

Sylvain Marotte

 

Concepteur et réalisateur

À l’avant-garde de la conception et de la réalisation d’expériences immersives, interactives, vidéo ou virtuelles, yako est considéré comme l’un des concepteur les plus complets de la sphère multimédia. Il est lauréat de nombreux prix nationaux et internationaux (12 Grafika, 11 Boomerang, 5 Gémeaux, 3 Numix, 4 FWA, Webby, SXSW, Reflet d’Or, Comm Art, Digi Award, TDC, ADC, etc.).

En 2016 yako a intègré l’équipe de Moment Factory (2016-18) comme directeur de création, lead R&D_MIX (AR) et réalisateur et a dirigé l’habillage de la nouvelle U Arena (2018) (Top 14), maison du Racing 92. Avec l’intention de réinventer l’expérience spectateur, il assure la conception et la réalisation de la présentation des équipes et du temps de match en mettant en scène les joueurs et le data (statistiques, biométrie et télémétrie) mis au service de l’image et de l’information en temps réel, sur une surface de 80 x 20 mètres.

Associé, directeur de création et réalisateur chez Époxy (1993-2005), il fonde le studio de création decod.ca et réalise des webdocs et des expériences interactives, dont notamment la fiction transmédia Émilie en 2013. Cette dernière production reçoit le Gémeaux dans la catégorie Meilleure Série Interactive, le Numix de la Fiction Originale Interactive et et le Reflet d’Or Transmédia au festival Tous Écrans de Genève 2013.  S’ajoutent à la liste de productions, la fiction interactive Loov (2017), une série sur l’éducation sexuelle des pré-ados pour iPad, l’expérience video-danse interactive pour ipad et dispositif touchscreen ÉROS. Ode à la beauté (2016) et la fiction VR Les Passagers pour 4 stations interactives dans un train (2015-18) qu’il co-scénarise et co-produit. Les Passagers est supporté par le Fond Des Médias du Canada en production, le CNC, Le Sundance New Frontier Story Labs, next Marché du film (Cannes), le Banff Center et l’Association des auteurs Beaumarchais-SACD.

Curriculum
 Distinctions

yako a scénarisé, dirigé et/ou réalisé Anarchive2 : digitalSnow pour la fondation Daniel Langlois, Mtl en 12 lieux pour Urbania, Créateurs d’Émotions pour Ubisoft, Du Big Bang au Vivant avec Hubert Reeves, La Machine à Turlute et Les Enfants de la Bolduc, un webdoc transmédia, musical et interactif produit par Lusio Films. Il se concentre également sur la réalisation et la production de webdocs, de contenus convergents et transmédias pour différentes maisons de production.

Il est co signataire du Manifeste pour les nouvelles écritures, un énoncé d’intention sur la production culturelle numérique et interactive québécoise.

 Manifeste

 Article

 

 

Diplômé en 1986 de l’École Supérieure des Arts Modernes de Paris, c’est d’abord comme illustrateur, designer pigiste et assistant réalisateur que yako exerce ses talents avant de s’installer en 1989 à Montréal où plusieurs agences font appel à lui à titre de directeur artistique. Quatre ans plus tard, il fonde avec Daniel Fortin de Tarzan, un collectif qui regroupe cinq entités multidisciplinaires.

Les succès de l’équipe mèneront à l’émergence d’Époxy Communications, studio de communication visuelle implanté à Montréal et Paris, dont il prendra la direction de création pour les médias interactifs avant d’en devenir associé en 2000.

Les projets foodCulture.org (2000) le pavillon nutrition de l’exposition universelle de Hanover avec l’artiste Antoni Miralda, Anarchives2 : digitalSnow (2002) co réalisé avec Michael Snow (Époxy, fondation Daniel Langlois) ainsi que sa collaboration avec le Content & Application Lab de Sony (2003) à Tokyo sont de ceux qui l’ont stimulé le plus.

2005 marque le début d’un investissement partagé entre projets artistiques et créations expérientielles ou documentaires avec decod.ca lors de nombreuses collaborations avec des clients, studios et agences comme Bluesponge (hors-serie.tv, 33mag.com, Close To Paradise avec Patrick Watson), Strawberry Frog Amsterdam (Heineken), Cloudraker (Vancouver 2010), Moment Factory et Sidlee (Adidas, Tourisme Mtl), Toxa/Urbania avec Mtl en 12 lieux et enfin eXcentris, Ubisoft, pour des mandats en conception, scénarisation, en direction de création et en réalisation.

yako développe depuis 2005 une pratique artistique à travers des projets comme Wonderland (La perversion du mereveilleux), une performance publique de danse, théâtre total et création audiovisuelle en direct, pour laquelle il signe la scénographie, la mise en scène, la réalisation et le dispositif interactif aux côtés de la chorégraphe Julie-Anne Côté et du musicien Philippe Hughes; la performance photo Disposable Systems, ou encore la Musicbox2 (2009) lors de l’exposition Electronic Crafts (festival Elektra) dirigée par l’artiste Mouna Andraos (Daily Tous les Jours).

yako est régulièrement invité à prendre la parole dans le cadre de conférences, de colloques, de jurys et autres tables rondes sur les médias interactifs, les nouvelles tendances et l’interactivité. Il siège également sur le comité artistique du festival Elektra et est commissaire d’Elektralab et Elektra1024, conférences et rencontres professionnels sur la création numérique.

Tout ceci illustre la diversité et la complémentarité de ses forces et de ses intérêts qu’il exploite et nourrit par d’incessants allers et retours entre la pratique professionnelle, la création et l’expérimentation artistique.